Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 16:45

Belle rentrée littéraire pour eux....et pour nous aussi ! ( voir la page)

Envie de parler d'un petit livre touchant : " Le chemin du serpent "   -  de Torgny Lingren.

Paru en 1985. (déjà!)

Torgny Lingren est né en 1938 en Suède.

Il a écrit des romans, des nouvelles, des pieces de théatre, des pièces radiophoniques et des recueils de poésie.

Son oeuvre a été couronnée  par de nombreux prix. (prix Fémina : Bethsabée)

Voici un extrait qui vous parlera mieux que mes propos :

" En soixante-deux, aussitôt après le jour de l'an, Karl Orsa est arrivé. Il venait les mains vides, sauf qu'il apportait un pain de sucre pour Sara et Rakel, il n'était pas pressé pour le fermage, il avait mis sa redingote comme quand il voulait se faire beau pour sortir.

J'avais treize ans, je n'étais pas grand pour mon âge, tout l'automne, j'avais creusé des fossés vers Gärdlidmyran,

j'étais nourri et je touchais une demi-paie de valet de ferme, et maman avait joué toutes les semaines et à toutes les fêtes, elle avait dépassé maintenant les trente ans et l'harmonium avait perdu un bouton, et comme Rönn était mort, on

ne l'avait pas réparé.

Nous voilà à l'aise, qu'elle avait dit quand je suis rentré à la maison avec l'argent.

C'était bien d'elle : Nous voilà à l'aise.

Sauf qu'on n'a pas payé le fermage, qu'elle a ajouté. Si ce n'était pas qu'il reste le fermage.

Que je sache, il a travaillé, Jani, ton gamin, il a dit, Karl Orsa. Alors.

Et maman a sorti l'argent et l'a posé sur le coin de la table en lui disant de compter, elle, elle n'arriverait pas à compter un

si gros tas, il pouvait prendre ce qui lui revenait pour le fermage, et ce qui resterait, elle l'utiliserait à payer toutes les differentes taxes et la nourriture et les vêtements et le sel de cuisine et les boutons en os et les harengs salés qu'elle avait acheté à crédit dans son magasin.

Mais il regardait à peine l'argent, il regardait maman par en dessous et il déboutonnait  son mateau et le reboutonnait et se passait la main sur les cheveux et dansait sur place comme s'il avait eu froid ou envie de pisser (..........)

"Seigneur, vers qui nous tourner ?"  Tel est le lancinant refrain incantatoire qui ponctue ce récit.

Edit.  Babel  - une collection de livres de poche.

Partager cet article

Repost 0
Published by mamicha888
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mamicha888
  • Le blog de mamicha888
  • : Roman en prise directe avec le monde, il peut susciter le débat. La vie de Marie Charlotte est pleine de surprises,le voile intégral lui cause quelques soucis...Aucun sujet tabou. Marie Charlotte se veut une femme lucide et libre. Extraits publiés ici...mamicha.
  • Contact

Recherche

Liens